Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Test: Renault Mégane RS

Test: Renault Mégane RS

Magistrale

06.07.2010

4 raisons qui me rendent fou de la Renault Megane RS. Et qui devraient avoir le même effet sur vous. Et aussi un petit couac.

1. La question de la succession

Test Renault Mégane RSGalerie

Difficile de succéder à un modèle tellement acclamé. La nouvelle Megane frappée du badge Renault Sport vous colle au mur tout aussi fort que le faisait la précédente. Mais il faut préciser que cette dernière n'est vraiment devenue sublime qu'à partir de l'édition F1 Team. Car à ses débuts, on voyait bien que la Megane RS disposait d'une mécanique brillante, mais ce moteur n'était pas soutenu par un châssis à sa hauteur.

Renault Mégane RSRenault n'est cette fois pas retombé dans le même travers et a brodé sur base de la F1 Team. Dès les premiers mètres, un sourire vient vous éclairer le visage et le premier virage accélère le rythme de votre cœur. Bien plus que dans une Golf GTi et j'ai même envie de dire autant que dans une Ford Focus RS. La brigade sport de Renault démontre ainsi qu'elle n'a plus à rougir face aux mecs du département Rally Sport de Ford.

2. Plus qu'une Megane Coupé améliorée

Renault Mégane RSClairement, ceci n'est pas une Mégane Coupé vaguement bidouillée. Le dessin est musclé et présente une partie avant qui lui est propre, avec des spoilers, de plus grandes prises d'air, des logos RS et de discrets feux de jour à LED. A l'arrière, on trouve un échappement central qui s'enfuit du diffuseur. Enfin les flancs ont reçu des élargisseurs d'ailes.

Le châssis offre un comportement typiquement Renault Sport. Après Ford et Opel, Renault a à son tour développé une suspension avant complexe qui contre les effets de couple dans la direction. La voiture reçoit aussi de plus grosses barres antiroulis qui lui permettent de virer à plat. Il est possible de choisir entre un châssis Sport, et un châssis Cup, plus rigide encore. On reconnait ce dernier aux étriers de freins rouges et aux disques striés.

3. Délicieux moteur

Renault Mégane RSOn ne fait pas ce genre de voiture sans la gaver de chevaux. Et selon Ford, ceux-ci doivent être au moins 300. Pas selon Renault, qui se contente d'en tirer 250 de son 2.0 Turbo. Et je suis tenté de croire Renault. Avec 340 Nm, le train avant est déjà rudement mis à l'épreuve, mais le conducteur a la sensation de rapidement pouvoir profiter de tout le potentiel à sa disposition. Avec le châssis Cup, on reçoit encore un différentiel à glissement limité, mais finalement il ne nous a pas particulièrement manqué sur le châssis Sport. Sur route sèche en tout cas. La motricité est excellente et les gommes Dunlop Sport Max TT (225/40 R18) s'acquittent très bien de leur tâche. La voiture déborde de grip et grâce à un travail de développement sans reproche, on sent la voiture vivre sous nos fesses.

Rapide? Ben tiens! Elle culmine à 250 km/h et demande 6,1 secondes pour le 0-100, soit seulement 0,2 secondes de plus qu'une Focus RS. En fait, c'est ce qu'elle dégage en permanence: le fait d'être à peine moins véloce qu'une Focus RS. La conso se promène entre 10 et 11 l/100 km, moins si votre pied droit se calme. Renault annonce 8,3 litres pour 195 g de CO2 par km.

4. Enthousiaste

Le train avant et le train arrière sont magnifiquement sensibles aux mouvements du volant, ce qui fait de la RS une voiture de connaisseurs. C'est vraiment une voiture qui marche au feeling, avec pour atout principal tout ce qu'il faut d'adhérence. Il faut aller très loin pour voir l'ESP travailler, mais sachez que celui-ci est déconnectable en deux étapes. Une pression courte, et il passe en un mode qui laisse plus d'espace au conducteur et relève la réactivité du moteur aux coups de gaz. Une pression longue et tout est désactivé.

Renault Mégane RSAvec un prix de 25.614€, la Megane RS se place 7.000€ sous la Focus RS, qui arrive doucement en fin de carrière. Pour le châssis Cup, il faut débourser 2.600€ de plus.

Mais: dure, dure!

Comme souvent sur ce genre de voiture, il ne faut pas attendre trop de confort de la part des suspensions dont ce n'est pas la tasse de thé. Et c'est le cas avec la Megane RS, qui fait ici clairement moins bien que la Focus. C'est surtout flagrant sur les routes de béton et sur les obstacles que l'on passe à très basse vitesse (taques d'égouts, casse-vitesse), où la voiture vous fait claquer la mâchoire. Mais c'est un défaut dont je m'accommode volontiers…

Renault Mégane RS

 

Salon de l’Auto de Bruxelles 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l’Auto de Bruxelles 2017 dans notre dossier spécial.

No data available

No data available

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.

Rechercher

Marque
Modèle